In : l’enfer et le paradis

Dante et Claudel au programme d’une édition qui s’annonce métaphysique et joue d’une série d’échos entre les œuvres.

« Que faut-il voir à Avignon ? » C’est la question rituelle que pose tout spectateur allant en terre provençale. Et la réponse est difficile car il n’y a pas, à l’affiche, de noms vraiment familiers du grand public. Le temps, pas si lointain, où une Jeanne Moreau ou un Pierre Arditi jouait le spectacle d’ouverture dans la cour d’honneur du palais des Papes est révolu. Les deux directeurs nommés en 2004, Hortense Archambault et Vincent Baudriller, ont mis en place une politique différente, qui repose…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.