Le prévisible et l’imprévisible

Denis Sieffert  • 24 juillet 2008 abonné·es

Puisque nous avons placé ce numéro d’été de Politis sous le signe de l’avenir en nous gaussant de ceux qui font profession de le prévoir, on devrait se garder de jouer à notre tour les augures. Mais les bonnes résolutions ne suffisent pas à vaincre cette pathologie, même légère, qui nous pousse à prévoir, à prédire et à deviner. D’autant que nous aimerions bien savoir, à la veille de ces semaines de parenthèses estivales, de quoi

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes