Leur nouveau monde

Singulier duo voix et violoncelle, Bethany et Rufus reviennent aux Nuits atypiques de Langon pour chanter leur rêve d’une Amérique renouant avec ses anciens idéaux, qui ont attiré tant de migrants.

Longiligne, ondoyante, dansant sans cesse sur scène, Bethany Yarrow a dans sa gorge toutes les voix des États-Unis. Elle est folk, elle est blues, elle est indienne, elle est hispanique, et mêle dans les broderies mélodiques dont elle pare tout ce qu’elle chante des fils venus de chaque moment de l’histoire américaine. À ses côtés, Rufus Cappadocia déploie ce qu’il appelle sa « politique du violoncelle » : il entend démontrer que cet instrument, auquel il a ajouté une corde basse, n’est pas « condamné » à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En Artsakh, sous les bombes

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.