L’homme qui prédisait « la fin de l’histoire »

L'ex-néoconservateur américain Francis Fukuyama a d’abord jugé
que le néolibéralisme était un horizon indépassable. Il en est lui-même revenu, face notamment au chaos irakien.

Année 1989 : fin de l’histoire. « Le triomphe de l’Occident […] éclate dans le fait que tout système viable qui puisse se substituer au libéralisme occidental a été totalement discrédité » , annonce, à la veille de la chute du mur de Berlin, Francis Fukuyama, philo­sophe, économiste et chercheur en sciences politiques américain, dans la revue The National Interest . Près de vingt ans plus tard, ce même politologue, désormais mondialement connu comme l’annonciateur de « la fin de l’histoire » , déclare au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents