Revenir aux sources

À contre-courant des thèses simplificatrices sur les origines du néolibéralisme, le philosophe Serge Audier révèle la complexité
de cette idéologie et en rétablit les filiations historiques.

Thierry Brun  • 3 juillet 2008 abonné·es

Ces dernières années, l’histoire du néolibéralisme s’est nourrie de stéréotypes commodes. Un certain nombre d’ouvrages évoquent hâtivement un moment fondateur nommé le Colloque Lippmann. Selon certains historiens, ce colloque improvisé en quelques jours à Paris, en août 1938, aurait posé les bases du courant international néolibéral. Il fut organisé autour de la figure de Walter Lippmann, célèbre publiciste américain auteur d’un ouvrage à succès, The Good Society , traduit en français sous le titre la Cité libre. Un parterre impressionnant d’intellectuels s’y rendit, dont Raymond Aron, l’économiste autrichien

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 6 minutes