La main de Washington

Denis Sieffert  • 28 août 2008 abonné·es

C’est un des attributs de l’empire que d’attirer à lui tous les regards du monde quand il ne fait jamais que régler ses problèmes domestiques. La désignation officielle cette semaine de Barack Obama comme candidat démocrate à l’élection de novembre n’échappe pas à la règle. Notre fascination médiatique est d’autant plus inexplicable qu’il ne se passera rien, strictement rien, au cours de cette convention de Denver. Tout au plus, les analystes pourront-ils scruter la duplicité du clan Clinton dans son soutien à un homme que, probablement, il maudit. Et mesurer le préjudice électoral que Bill et Hillary pourraient lui porter. Pour le reste, la mise en scène est à peu près aussi huilée qu’une brillante comédie de Broadway.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 4 minutes