Caméra aimante

Avec « D’un mur l’autre », à l’opposé des clichés, Patric Jean propose un regard optimiste sur l’immigration.

Jean-Claude Renard  • 18 septembre 2008 abonné·es

De Berlin à Ceuta, frontière sud de l’Europe, enclave espagnole au Maroc. Un mur est tombé, une clôture se construit. En voix off, le réalisateur donne le ton : « L’Europe se rêvait blanche et pure. Mais ni les murs, ni les drapeaux, ni les clôtures, ni les frontières ne parviendront plus à nous séparer.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Médias
Temps de lecture : 3 minutes