En attendant le 11 octobre

Francine Bavay et François Simon* font
le lien entre
la récente réunion des écologistes
de Miremont (voir « Politis » n° 1016)
et la prochaine assemblée
des signataires de l’Appel
de « Politis ».
Et puisent dans ces deux événements des raisons nouvelles d’espérer.

Nous étions 150 à Miremont 1. Pendant que nous nous réunissions, un critérium moto passait inlassablement sous nos fenêtres. Nous ne le savions pas encore mais, à quelques kilomètres de là, un paysan bio récemment installé pour produire différemment était violemment poussé à quitter la région. Alors que la conscience de l’urgence écologique a fait un bon vertigineux, les pratiques quotidiennes continuent comme si de rien n’était. Cette lucidité est partagée par les sept structures et les personnes non…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents