« Intrusions » : Folie trop douce

Avec « Intrusions », Emmanuel Bourdieu instaure un climat inquiétant mais échoue à mettre en scène les effroyables zones d’ombre de ses personnages.

Fallait-il ce début improbable pour entamer le scénario d’Intrusions, d’Emmanuel Bourdieu ? Pauline (Natacha Régnier), la fille d’un très riche patron (Jacques Weber), fixe un jour son attention sur un comptable de la boîte paternelle, couche avec lui la nuit même, et tombe enceinte. D’où mariage obligatoire et promotion du gendre (pour que son titre professionnel soit digne de la famille), sur lequel le piège ainsi se referme. Il n’aura de cesse de s’en émanciper dans la première partie du film, à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.