Le noir et blanc lui va si bien

Avec « Des trous dans la tête ! », le Canadien Guy Maddin s’inspire du cinéma muet et du feuilleton littéraire pour conter une aventure mêlée de surnaturel et pimentée de transgressions sexuelles.

Christophe Kantcheff  • 25 septembre 2008 abonné·es

Le cinéma de Guy Maddin puise loin ses origines et son inspiration. Loin dans les ressources du cinéma muet. Estimant que les richesses du muet n’ont pas été toutes exploitées, le Canadien Guy Maddin, dans son sixième long-métrage, Des trous dans la tête !, comme

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes