Le puzzle de l’écologie politique

Défenseurs de la décroissance, partisans du non au TCE, adeptes d’une écologie de transformation sociale, « rouges » écolos… On le sait, plusieurs tendances existent au sein des Verts. En voici un panorama.

Tenter d’établir un panorama de l’écologie politique « de gauche » suppose d’accepter sa propre subjectivité, mais aussi de donner des limites à ce répertoire de partis, de fractions de parti, de mouvements et de mouvances. Comme au Parti socialiste, les regroupements, les ­alliances et les rejets se font non seulement au nom des idées mais aussi des inimitiés personnelles et parfois même d’une histoire courte mais mouvementée. Déjà, en 1974, année où fut tenté et raté le premier regroupement des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

À quoi bon le Moyen Âge ?

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.