« Une réaction à l’hégémonie du Nord »

La Banque du Sud, initiative lancée par le président vénézuélien Hugo Chávez, peine à voir le jour. Les divergences politiques ralentissent la mise en place de cette institution financière, explique Éric Toussaint*.

Thierry Brun  • 4 septembre 2008 abonné·es
« Une réaction à l’hégémonie du Nord »
© * Président du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde. Éric Toussaint est politologue et membre du conseil international du Forum social mondial et de la commission présidentielle d’audit intégral de la dette de l’Équateur. Il a publié Banque du Sud et nouvelle crise internationale, aux éditions Syllepse (2008).

La mise en place de la Banque du Sud, qui devait intervenir soixante jours après l’acte fondateur signé en décembre 2007 par sept pays d’Amérique du Sud, prend du retard. Où en est-on ? Y a-t-il des pressions pour faire capoter le projet ?

Éric Toussaint : Effectivement, neuf mois se sont écoulés depuis la signature à Buenos Aires, le 9 décembre 2007, de l’acte fondateur de la Banque du Sud par les chefs d’État de l’Argentine, de la Bolivie, du Brésil, de l’Équateur, du Paraguay, de l’Uruguay et du Venezuela. Des divergences entre gouvernements retardent l’entrée en activité de cette nouvelle institution censée renforcer l’intégration latino-américaine. Les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes