Des cyclades

Bernard Langlois  • 9 octobre 2008 abonné·es

Le chroniqueur, heureux comme Ulysse, revient d’un long voyage. Pas si long, en fait, et moins mouvementé que celui qui ramena le Rusé à sa Pénélope : mais c’était aussi dans les îles grecques, d’une Cyclade l’autre, et sur un bateau à voile. Avec, au final, une semaine de pérégrinations terrestres dans l’île du Minotaure : débarrassée de son monstre, la Crète ne construit plus de labyrinthe, mais bétonne à tout va hôtels et lotissements pour touristes sur chaque portion de rivage utile ; mieux vaut se réfugier dans ses montagnes et siroter l’ouzo sous les platanes de ses petits villages, encore à l’écart des envahisseurs. Dont nous sommes, du reste !

Pour les gens de mon âge, qui ont fait leurs « humanités » (comme on ne dit plus guère), quoi de plus évocateur que la Grèce ? Notre adolescence fut nourrie des fureurs de la guerre de Troie, des règlements de comptes des Atrides, des chamailleries permanentes des hôtes de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Edito Bernard Langlois
Temps de lecture : 10 minutes