Désenchanté

Dans « le Petit Voyeur », Sonallah Ibrahim fait la chronique de son enfance au Caire.

Christophe Kantcheff  • 2 octobre 2008 abonné·es

L’enchantement n’est pas à proprement parler le ton des livres de Sonallah Ibrahim. Ni sa façon de voir le monde. Hormis la révolutionnaire Warda, de son roman éponyme

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes