Et maintenant, l’Europe

Les métaphores ne manquent pas. Depuis la secousse tellurique, avec son épicentre –Wall Street – et ses ondes de choc qui submergent l’Europe et l’Asie, jusqu'à la contagion en passant par la tache d’huile, les images expriment le caractère inexorable de cette crise financière qui s’étend à toute la planète. Mais le phénomène de propagation n’est pas seulement géographique. Il concerne aussi la nature même de la crise. Le monde de la finance n’est plus seul à être concerné. C’est l’économie réelle qui est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents