La colère des magistrats

« Il n’y a pas de problème Dati » , affirmait Roger Karoutchi, le 26 octobre, dans « Dimanche soir politique » (France Inter, I-Télé). Tout dépend pour qui. Sa réforme de la carte judiciaire, la loi sur les peines planchers, la récidive ou la rétention de sûreté, que louait le secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement, sont précisément à l’origine de la colère des magistrats, qui ne cesse de monter. Soutenus par les greffiers, les éducateurs judiciaires et les surveillants de prison, ils…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents