Le même langage

La Fondation Cartier-Bresson propose une exposition associant
les images de son fondateur et celles de l’Américain Walker Evans. Soit deux écritures qui se répondent, comme en écho.

Pour la petite histoire, Walker Evans (1903-1975), féru de Flaubert et de Joyce, débarquait à Paris à l’orée des années 1920 avec l’envie d’être écrivain. À son retour au pays natal, il se décide pour la photographie. Destins croisés. Passionné de littérature, de peinture et de dessin, tenté par le cinéma, Henri Cartier-Bresson (1908-2004) séjourne à New York en 1935. Boîte noire en mains. Destins conjugués. Evans, Cartier-Bresson, deux photographes. Avec un œil critique sur le monde. Tous deux sont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.