« Le vrai marqueur sera la question raciale »

John Nichols, responsable du bureau de Washington au magazine de gauche « The Nation », revient sur
les enjeux
de l’élection
et brosse le portrait politique de Barack Obama.

Xavier Frison  • 30 octobre 2008 abonné·es

Comment qualifieriez-vous Barack Obama ?

John Nichols : On peut dire que Barack Obama est plutôt progressiste. Je connais l’homme politique depuis de nombreuses années. La première fois que je l’ai côtoyé sur une scène politique, c’était en 1996. Nous parlions alors tous deux d’un nouveau parti qui associerait la politique traditionnelle à l’activisme citoyen. Et Obama était un des premiers élus de ce pays à croire à cette idée. Historiquement aussi, son activité politique est à gauche. En 2002, par exemple, on l’a vu participer à une manifestation antiguerre en Irak. Il connaît le langage de la gauche, il en connaît les théoriciens et les auteurs. Je ne crois pas qu’il manque de sincérité ni de connaissances de ce qu’est la gauche. Cependant, il est un politicien, et, souvent, quand un politicien de gauche commence à faire des compromis pour gagner des élections, il se positionne plus au centre que les centristes.

Qu’est-ce qui fait de sa candidature un fait politique majeur aux États-Unis ?

C’est un moment-clé pour la gauche, car la candidature d’Obama est unique. C’est quelqu’un qui a été désigné par le Parti démocrate vraiment grâce à la gauche. Sans le soutien des antiguerre ou des défenseurs des droits civiques, il n’aurait pas été choisi. Maintenant, il y a un danger de penser que la victoire est définitivement acquise. Il y a eu une longue et folle campagne, et rien n’est joué. D’autant ­qu’Obama semble un peu sibyllin sur certaines questions, comme l’engagement américain dans la guerre en général, la politique économique ou les réformes de l’appareil politique. Les actions ­concrètes de son éventuelle administration sur ces points pourraient être décevantes pour les militants de gauche. Cela étant dit, il y aura des gens qui voteront pour McKinney, d’autres pour Nader, deux personnalités impressionnantes et de grande qualité, mais, à la fin des fins, la grande majorité de la gauche votera pour Obama.

Avec les catastrophiques années Bush et un candidat républicain, John McCain, qui marche dans ses pas, comment ne pas croire que l’élection n’est pas gagnée d’avance ?

Cela sera une élection extrêmement difficile. Obama pourrait bien perdre. Même si les Républicains sont largement discrédités à cause de Bush et de la politique étrangère et économique du Congrès. Et même si les Américains sont désormais prêts à des changements fondamentaux. Car le vrai marqueur, ce ne sera pas les Démocrates contre les Républicains, mais bien la question raciale. La race reste la grande tragédie de la société américaine. On a voulu nous faire croire que nous étions devenus égaux, et au final ce n’est pas vrai. C’est une question qui a provoqué une guerre civile chez nous, des morts par centaines de milliers, des actes horribles de ségrégation, et nous ne l’avons toujours pas résolue. C’est un point essentiel de cette campagne. Partout où je vais aux États-Unis, à travers tout le pays, les supporters d’Obama me disent : « Je suis inquiet. Quand je parle d’Obama à mes voisins, j’entends des choses que je n’aime pas. » En 1906, à la première convention démocrate qui s’était déjà tenue à Denver, le Parti démocrate avait refusé le soutien des Noirs, en pensant que cela lui ferait du tort. Un siècle plus tard, dans la même ville, le même parti va présenter un Afro-Américain à l’élection suprême. C’est un progrès incroyable ! Mais maintenant la question devient : ce progrès à l’échelle d’un parti est-il transposable à ­l’échelle du pays ? C’est une élection incroyablement importante et historique.

Quel est votre pronostic pour l’élection du
4 novembre ?

Il y a deux raisons pour lesquelles je pense qu’Obama va l’emporter. La première, c’est George Bush. Il a volé les élections en 2000, pour le résultat que l’on sait. Les gens – qui sont désormais bien informés de son bilan désastreux – se disent : « On ne peut pas revivre ça. » La deuxième ­raison, c’est ­qu’Obama sera le premier Afro-Américain à se présenter. Il incarne, il « est » même, cette gauche qui se bat depuis l’ère de la traite négrière contre l’esclavage puis la ségrégation raciale, pour la discrimination positive ou l’égalité hommes-femmes.

Monde
Temps de lecture : 4 minutes

Pour aller plus loin…

En Sicile, les damnés de la serre
Italie 10 avril 2024 abonné·es

En Sicile, les damnés de la serre

Dans l’une des plus grandes concentrations de serres d’Europe, les abus sont légion. Ces dernières années, le racket des ouvriers tunisiens venus avec un visa s’est généralisé.  
Par Augustin Campos
La gauche grecque, du pouvoir à la marginalisation
Monde 3 avril 2024 abonné·es

La gauche grecque, du pouvoir à la marginalisation

Avec l’arrivée au pouvoir d’Alexis Tsipras en 2015, le pays devait faire figure de modèle pour les gauches radicales d’Europe. Près de dix ans plus tard, Syriza cumule les échecs électoraux et les espoirs se sont éteints.
Par Angélique Kourounis
Turquie : « J’ai vécu un remake de l’affaire Dreyfus »
Monde 27 mars 2024 abonné·es

Turquie : « J’ai vécu un remake de l’affaire Dreyfus »

La quasi-totalité des édiles du Parti démocratique des peuples élus en 2019 ont été destitués par le régime turc au bout de quelques mois. C’est le cas d’Adnan Selçuk Mızraklı, porté à la tête de Diyarbakır avec 63 % des voix, qui depuis est en prison. Nous sommes parvenus à établir avec lui une correspondance écrite clandestine.
Par Laurent Perpigna Iban
À Jérusalem-Est, un ramadan sous pression
Monde 20 mars 2024 abonné·es

À Jérusalem-Est, un ramadan sous pression

En Palestine occupée, le mois saint de l’islam cristallise les tensions alors que les Palestiniens font face à de nombreuses restrictions de l’accès au mont du temple et à la mosquée Al-Aqsa. Elles illustrent le régime légal que des organisations de défense des droits humains qualifient d’apartheid. 
Par Philippe Pernot