L’imposture Sarkozy

On ne saurait le contester : dans la crise, Nicolas Sarkozy fait preuve d’une grande habileté. Il est ces jours-ci l’homme de trois illusions. La première consiste à nous faire croire qu’il veut et surtout qu’il peut « refonder le capitalisme ». La deuxième, que le président de l’Union européenne – qu’il est pour deux mois encore – dicterait leur conduite aux États-Unis. La troisième, qu’il y aurait une cohérence entre un affichage antilibéral sur la scène internationale et sa politique économique et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents