Ségolène entre Zénith et nirvana

L’ex-candidate à la présidentielle a adopté un nouveau style. Mais le discours qui fait de la fraternité son étendard l’est beaucoup moins.

Michel Soudais  • 2 octobre 2008 abonné·es

À l’accueil de la presse, la jeune femme qui vérifie les accréditations me demande de « quelle société » je suis. Bienvenue dans un autre monde ! Le « rassemblement de la fraternité » organisé par Ségolène Royal au Zénith est moins une réunion politique qu’une entreprise de spectacle. Au programme : une quinzaine d’artistes, des chansons et des saynètes, entrecoupées de courts-métrages. Et, bien sûr, le discours de celle qui a voulu cette « fête ». Rien n’est laissé au hasard. Enchaînements

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 5 minutes