Craquements en chaîne chez Velib’

Les employés de Cyclocity, filiale du groupe Decaux qui gère les parcs de vélos municipaux à Paris et dans d’autres villes, ont fait grève durant deux jours pour leurs salaires et leurs conditions de travail.

Xavier Frison  • 27 novembre 2008 abonné·es
Craquements en chaîne chez Velib’
©

Nantes, Paris, Rouen, Amiens, Mulhouse, Besançon, Lyon, Marseille, Toulouse : ce ne sont pas là les villes-étapes du prochain Tour de France mais quelques-unes des localités dont les bicyclettes en libre-service sont gérées par Cyclocity, jeune filiale du groupe d’affichage publicitaire JCDecaux. Une maison où tout ne tourne pas rond, loin s’en faut : salaires chiches et conditions de travail indignes sont le lot des techniciens et agents qui assurent la maintenance du parc de vélos mis à disposition des usagers. À l’initiative de Solidaires (70 adhérents dans l’entreprise), une partie des 270 salariés parisiens de Cyclocity ont débrayé

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes