Décollage imminent

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La métamorphose de la Ligue communiste révolutionnaire est sur le point d’aboutir. La deuxième réunion nationale des comités NPA, les 8 et 9 novembre, en fut l’avant-dernière étape réussie. Plus de 400 délégués étaient en effet présents à la Plaine-Saint-Denis pour préparer le congrès fondateur du Nouveau Parti anticapitaliste. Celui-ci aura lieu du 30 janvier au 1er février 2009, juste après le congrès de dissolution de la Ligue, le 28 janvier. Alors que la Ligue ne comptait que 3 000 militants, le NPA affirme en rassembler déjà quelque 10 000. Si le chiffre est invérifiable, un nombre importants de jeunes ainsi que des militants associatifs et syndicaux ont rejoint le mouvement. La popularité d’Olivier Besancenot n’est pas étrangère à cet engouement. Mais le processus participatif de création du parti entre aussi en jeu. Les militants sont impliqués et ont même reçu leur carte de membre fondateur. Lors de la réunion nationale, les documents qui seront soumis au vote pendant le congrès ont été débattus. Deux portent sur les principes fondateurs et les statuts du nouveau parti. Un troisième, intitulé « Orientation », a été réorganisé en deux textes, dont l’un concerne les élections européennes.

Quelle stratégie adoptera le NPA en ce qui concerne justement la prochaine échéance électorale ? Dans Rouge, l’hebdomadaire de la Ligue, Alain Krivine esquisse une réponse : « La perspective n’est pas de présenter une liste unitaire des anciens partisans du non » au référendum sur le traité constitutionnel européen de 2005, et il accuse le PCF de laisser « ouverte la possibilité d’alliances avec les sociaux-libéraux » . Même chose au niveau européen avec le Parti de la gauche européenne, présidé par Die Linke , « un parti qui participe à des coalitions gouvernementales avec le SPD » . En ce qui concerne l’initiative de Jean-Luc Mélenchon, Samy Johsua, membre de la direction de la LCR, estime, toujours dans Rouge, qu’elle « ne pourra pas apporter la clarification nécessaire à gauche, que seule la dynamique confirmée du NPA peut apporter ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.