« Des contre-propositions rouges et vertes »

Le congrès du mouvement Les Alternatifs s'est tenu à Lyon du 7 au 9 novembre. Son porte-parole, Jean-Jacques Boislaroussie, en explique les enjeux et souligne la nécessité de fédérer la gauche alternative en prévision des échéances électorales de 2009.

Que représente votre mouvement aujourd’hui ? Jean-Jacques Boislaroussie : Les Alternatifs comptent 600 adhérents. C’est peu, mais nous sommes en progression régulière, et présents de manière significative dans une trentaine de départements. Nous comptons une cinquantaine d’élus, à Nantes, Grenoble ou Dunkerque mais aussi dans des banlieues populaires comme Vaulx-en-Velin. Nous existons depuis dix ans et si, au départ, nos élus étaient issus d’alliances contractées dans le cadre de l’union de la gauche, les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents