« Il n’y a plus de liberté d’expression »

Procès à huis clos pour les complices du meurtre de la journaliste Anna Politovskaïa. Son rédacteur en chef dresse un sombre tableau de la situation de l’information.

Deux ans après l’assassinat de la journaliste russe Anna Politovskaïa, la justice du pays déploie tous ses efforts pour que la vérité reste enfouie dans les arcanes du pouvoir et des luttes secrètes visant à enterrer définitivement la révolte tchétchène et à geler les libertés. Dans le box des accusés, ne figurent que des comparses et un officier du FSB (ex-KGB) qui a obtenu que le procès se déroule devant un tribunal militaire. Le ou les tireurs sont en fuite, et aucun des prévenus poursuivis pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents