« La Poste essaie d’habituer les gens à se passer d’elle »

Autour de Guéret, dans la Creuse, ou en Seine-Saint-Denis, usagers et élus constatent une disparition progressive des services postaux. Les premiers à en pâtir sont les plus défavorisés et les personnes âgées. Reportage.

Claude-Marie Vadrot  • 20 novembre 2008 abonné·es

Quand Sylvie, habitante d’Ahun, 1 500 habitants, à une vingtaine de kilomètres de Guéret, siège de la préfecture et du conseil général de la Creuse, poste une lettre à un ami ou à une administration de sa commune, son courrier passe par Limoges, à une bonne centaine de kilomètres. Parce que, depuis trois ans, le centre de tri postal départemental a été supprimé. Quand Bernard, enseignant à la retraite, glisse une lettre dans une boîte de Guéret, celle-ci va également faire un tour à Limoges avant de parvenir à son destinataire quelques rues ou quartiers plus loin. Avec des délais qui s’allongent chaque

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes