La vie en gris

Dans « Two Lovers », James Gray prend la comédie romantique à contre-pied en dissolvant un classicisme formel dans un drame teinté d’ivresse new-yorkaise.

Ingrid Merckx  • 20 novembre 2008 abonné·es

Il se laisse tomber du pont. Coule à pic. Sous l’eau, une femme lui apparaît, dit qu’elle l’aimait. Bruit de ­bulles… On craint le pire : pas pour le jeune homme mais pour ce que cette vision laisse présager de conformisme hollywoodien. Il y aura d’autres éléments de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes