Les sacrifiés du chlordécone

Un pesticide très toxique, longtemps utilisé sur les bananes, a largement contaminé la population des Antilles. En Guadeloupe, de nombreuses cultures sont potentiellement interdites pour des décennies. Reportage.

Léon Rella a « la haine » . Il se dit même prêt à verser le sang. « Plutôt mourir que de lâcher quatorze ans de boulot ! » Des éclairs traversent son regard quand il raconte l’accident qui a fait dérailler sa vie en 2004. L’agriculteur a alors 30 ans, il possède 14 hectares à Goyave, en Guadeloupe. Après douze ans de banane, il a décidé de convertir une partie de ses terres en igname : les revenus étaient devenus trop précaires. Il s’apprête à vendre sa première récolte, en Martinique et en métropole – 21…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.