Liberté surveillée

Dans « Ma solitude s’appelle Brando », Arno Bertina évoque un de ses aïeuls, qui, entre Gironde et Afrique, s’est affranchi des a priori moraux de sa famille.

On pourrait l’avoir lu cent fois. Le romancier Arno Bertina consacre un livre à l’un de ses aïeuls, né en 1910, administrateur des colonies en Afrique à partir de la fin des années 1930, puis préfet à Djibouti. Pourtant, Ma solitude s’appelle Brando ne ressemble à rien ­d’autre qu’à lui-même, et surtout pas à une entreprise de mythologisation du passé, couleur sépia et saga exotique. Le livre est court et se présente sous la forme d’une « hypothèse biographique » , qui atteste du fait que l’auteur ne s’est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.