Liberté surveillée

Dans « Ma solitude s’appelle Brando », Arno Bertina évoque un de ses aïeuls, qui, entre Gironde et Afrique, s’est affranchi des a priori moraux de sa famille.

Christophe Kantcheff  • 13 novembre 2008 abonné·es
On pourrait l’avoir lu cent fois. Le romancier Arno Bertina consacre un livre à l’un de ses aïeuls, né en 1910, administrateur des colonies en Afrique à partir de la fin des années 1930, puis préfet à Djibouti. Pourtant, Ma solitude s’appelle Brando ne ressemble à rien ­d’autre
Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes