Que la crise s’aggrave !

Sous ce titre provocateur, François Partant, banquier repenti et l’un des précurseurs de la décroissance, a publié en 1978 un ouvrage 1 dont le message semble inspiré par l’actualité. Il voyait dans une crise profonde le seul moyen d’éviter l’autodestruction de l’humanité. « Il faudrait, concluait-il, que partout les sociétés ex-nationales autogèrent leur crise, en vivant progressivement les rapports qu’elles veulent instaurer en leur sein et entre elles. » Dans les années de l’euphorie spéculative et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents