Tristement historique

Quoi que l’on pense du Parti socialiste, de la désespérante faillite politique de sa direction sortante, de la déchéance morale de certains de ses leaders, de la misère de ses idées, de ses accommodements et de ses abandons, on ne peut s’en désintéresser, ni regarder avec indifférence les soubresauts de ce grand corps malade. D’abord par respect pour tous ceux qui investissent encore de l’énergie et de l’espoir dans cette vénérable institution. Ensuite, parce que l’histoire nous enseigne que ce parti est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.