Une pollution éhontée

Dans le monde et sur le territoire américain, comme le rappelle un livre d’Al Gore, Bush a délibérément sacrifié la nature et l’environnement. Exemples.

George W. Bush restera l’homme qui a mis vigoureusement en pratique, pour contrer les écologistes, les protecteurs de la nature et les scientifiques inquiets, le sermon productiviste, hautain et égoïste, lancé pour la première fois à la face du monde en 1992 par son père à la conférence de Rio sur l’environnement : « Le mode de vie des Américains n’est pas négociable. » Avec l’aide de Dieu et des milieux industriels, le fils n’a jamais « négocié » et a tout mis en œuvre pour que les États-Unis ne cessent…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.