2000

2 000 emplois nouveaux, ce sont les besoins humains chiffrés par la présidence de la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) pour gérer la mise en place du revenu de solidarité active (RSA) au 1er juin 2009 et ouvrir les droits au 1er juillet à 3,5 millions de ménages. Or, les moyens dégagés par le gouvernement ne sont pas à la hauteur de la situation. Nadine Morano, secrétaire d’État à la Famille, a autorisé la Cnaf à recruter seulement 1 000 agents, au vu des conclusions, non publiées, d’une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents