Avoir un libre choix

Lorsqu’on achète un ordinateur, on paye aussi les « suites » installées dedans. Un système de vente forcée dénoncé par les défenseurs des logiciels libres.

Christine Tréguier  • 24 décembre 2008 abonné·es

Entre un ordinateur PC nu et un ordinateur équipé de Windows, sa suite Office et quelques logiciels propriétaires, on estime qu’il y a de 80 à 200 euros de différence. Soit 12 à 40 % sur un prix moyen d’achat de 600 euros. Les acheteurs paient donc les logiciels préinstallés à leur insu, le tarif affiché étant un tarif global. Ce système de vente liée, de mise depuis les débuts de l’informatique grand public, ne leur laisse pas le choix d’opter pour un système et des logiciels libres (LL), souvent téléchargeables gratuitement, ou vendus à prix coûtant avec la documentation ad hoc .
Après des années de revendications et de procès, les militants du Libre ont récemment obtenu du secrétaire d’État chargé de l’Industrie et de la Consommation, Luc Chatel, qu’il fasse enfin un pas pour casser cette rente illégitime. La vente liée n’est toujours pas interdite, mais l’affichage doit désormais être clair et dissocier machine et logiciels.
Oui, mais… les fêtes de Noël – période propice à la vente – sont arrivées, et point d’affichage. Dans les rayons des boutiques ou de la grande distribution, rien n’a changé ou presque. L’association April a interpellé Luc Chatel. Sans doute répondra-t-il… l’année prochaine ! « C’est un vrai enjeu commercial , dit Frédéric Couchet, d’April, les logiciels libres sont gratuits ou peu chers et, en période de crise, 100 euros de moins sur l’achat d’un ordinateur peuvent être décisif. Et puis il n’est pas acceptable de prendre les gens en otages en leur vendant par exemple une machine équipée d’un antivirus, en fait d’une démo, et de les faire repayer trois mois plus tard. »

Le conflit entre LL (fondés sur l’échange et le libre choix) et logiciels propriétaires (fondés sur la rente d’une clientèle captive) est également perceptible dans le domaine de la formation. Microsoft fourgue ses programmes à l’Éducation nationale à coup de li­cences à prix cassés. Les enfants apprennent ainsi l’informatique sous Windows, et pour qu’ils travaillent à la maison, les parents vont bien sûr acheter du Microsoft… au prix fort. Une pratique concurrentielle perverse qui fait bondir les militants du Libre.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant