Danses de mort

« Feux », farce cruelle et désespérée, réhabilite un auteur méconnu, August Stramm.

On connaît peu en France August Stramm, malgré les belles traductions de ses pièces qu’en ont faites Huguette et René Radrizzani. Cet Allemand d’Alsace, au temps où l’Alsace n’était pas française, mourut à 41 ans, en 1915 : soldat de l’armée germanique, il fut tué sur le front russe. Son œuvre est étrange, révoltée, obsédée par un érotisme frénétique qui met à mal les conventions sociales. Les metteurs en scène Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma, qui ont l’originalité de travailler en duo, ont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.