Jean-Hugues Bourgeois part

Une manifestation de soutien a réuni près de 200 personnes dimanche dernier dans son village du Teilhet (Puy-de-Dôme). Mais le jeune agriculteur, victime d’un harcèlement criminel contre son exploitation bio, a mis les pouces le 1er décembre, date de l’injonction de départ fixée par une lettre anonyme avant l’exécution de menaces de mort (voir Politis n° 1022). Dégoûté, troupeau vendu, Jean-Hugues Bourgeois cherche une autre ferme « n’importe où en France ». La haine crasse a gagné pour l’instant : les six…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Macron, l’Europe et Poutine

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.