La gratuité, arme anticapitaliste

Paul Ariès, politologue et l’un des penseurs de la décroissance, défend l’idée d’une société de la gratuité, puissant levier de transformation sociale.

Vous revendiquez une « révolution par la gratuité », qui deviendrait le pilier d’une société post-capitaliste : provocation… gratuite ? Paul Ariès : L’intérêt de la gratuité, c’est de rendre désirable le projet d’une nouvelle société. Face à la crise du système, les écologistes et la gauche proposent des « interdits » verts ou rouges – une décroissance faute de mieux, la coercition réglementaire, etc. Mais c’est insuffisant : il faut rompre avec un capitalisme qui rabat le désir sur la consommation, et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents