Le cri d’une génération

La révolte de la jeunesse grecque est loin d’être seulement l’affaire de mouvements anarchistes. Toute une classe d’âge est concernée. Reportage.

Vitrine de grandes enseignes brisées, banques vandalisées, rixes quotidiennes entre jeunes émeutiers et forces de l’ordre, mises à sac de commissariats, à Athènes et dans le reste de la Grèce. Le pays n’avait pas connu un tel chaos depuis la révolution de 1974 et la chute de la dictature des colonels. Le détonateur : la mort d’Alexis Grigoropoulos, 15 ans, sous le feu d’un policier le 6 décembre dernier. Aux avant-postes de la fronde, de jeunes anarchistes et des mouvements d’extrême gauche. Mais aussi des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents