Les aventures du Prince Ahmed

Une fois n’est pas coutume, les ombres sont au premier plan, dessinant des silhouettes graciles aux longs doigts, aux chevelures délicates, aux vêtements ciselés, tandis que l’œil, de profil, glisse parfois dans l’orbite, accentuant l’effet fantastique. Derrière, des palais de vizir et des paysages d’Orient, comme crayonnés puis plongés dans des bains de bleu, jaune, vert, rouge… La lumière perce à travers les décors et les ombres en mille endroits, produisant profondeur et perspectives. Premier film…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents