Les listes unitaires s’imposent

Michel Soudais  • 23 décembre 2008 abonné·es

L’« Appel pour une autre Europe » qui plaide en faveur de la constitution de listes unitaires aux européennes de juin prochain rencontre un écho de plus en plus important. Lancé il y a deux semaines dans le Monde et dans nos colonnes, ce texte avait déjà recueilli 3 000 signatures sur le site de Politis , à la veille de la trêve des confiseurs. Il est aussi régulièrement évoqué dans les réunions de la gauche authentique. Surtout par ceux, nombreux, qui veulent à ce scrutin construire l’unité antilibérale la plus large possible, en reproduisant la dynamique politique qui s’était créée autour du « non de gauche » sur le traité constitutionnel européen en 2005. Mais il en est aussi, à la direction de la bientôt future ex-LCR notamment, à qui cette perspective déplaît. Non qu’ils soient contre l’unité. Personne n’est jamais contre l’unité, mais ils l’assortissent de conditions qui ont toutes les chances de la rendre impossible.

Pour éviter les arguments dilatoires, il est utile de rappeler deux données essentielles de ce scrutin. La première est qu’aucune liste ne peut espérer avoir d’élu si elle ne fait pas au moins 7 % dans une des huit grandes circonscriptions interrégionales. La dispersion des opposants de gauche au TCE risque fort d’aboutir à ce que le « non », pourtant majoritaire en 2005, n’ait plus aucun représentant au Parlement européen. Dans le cas, assez improbable, où de cet émiettement émergeraient des élus, à quel groupe du Parlement européen se rattacheraient-ils ? Selon toute vraisemblance, ils siégeraient au sein de la GUE, comme ce fut le cas en 1999-2004 quand les élus LO-LCR avaient demandé leur apparentement à ce groupe présidé par le communiste français Francis Wurtz, élu sur une liste concurrente. C’est la seconde donnée de ce scrutin. Comment dès lors justifier auprès des électeurs de gauche l’existence de listes concurrentes si leur destin est de cohabiter dans le même groupe parlementaire ? Conscients de la difficulté, les responsables de la LCR assurent depuis quelques jours que leurs élus constitueraient un nouveau groupe anticapitaliste. Pour cela, il leur faudrait trouver au moins 25 élus de 7 pays membres de l’UE. Une perspective bien hasardeuse.

Politique
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches
Fiscalité 21 juin 2024

Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches

Dans son programme, le Rassemblement national veut supprimer l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) pour le remplacer par un impôt sur les fortunes financières (IFF). Un beau cadeau, uniquement à destination des 1 % les plus riches.
Par Pierre Jequier-Zalc
Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres
Économie 21 juin 2024

Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres

L’alliance des gauches se positionne pour une politique de relance et d’investissements massifs. Un chiffrage permettant de financer un programme de « rupture immédiate et claire avec la politique d’Emmanuel Macron ».
Par Lucas Sarafian
« Vous avez déjà entendu le RN parler de patriarcat ? »
Entretien 21 juin 2024

« Vous avez déjà entendu le RN parler de patriarcat ? »

Alors que le Planning familial a appelé à voter pour le Nouveau Front populaire, Sarah Durocher, sa présidente, revient sur cette décision et appelle à se mobiliser à la manifestation du 23 juin pour préserver les droits des femmes et des personnes LGBTQI+ face à l’extrême droite.
Par Hugo Boursier
Dans l’Essonne, l’optimisme infaillible des « vieilles du porte-à-porte »
Reportage 21 juin 2024

Dans l’Essonne, l’optimisme infaillible des « vieilles du porte-à-porte »

Dans la cinquième circonscription de l’Essonne, la gauche a perdu les dernières législatives à 18 voix près. Reportage à Gif-sur-Yvette sur un porte-à-porte mené par un groupe de retraité.es, optimistes pour faire basculer la « swing circo ».
Par Pauline Migevant