Mon frère animal

En juin 2008, se sont tenues les rencontres « Animal et société », supposées combler les lacunes du Grenelle de l’environnement en matière de protection des animaux. Le peu qui y fut décidé n’a pas été mis en œuvre jusqu’ici 1. Il est vrai qu’une bande de députés de droite veut nous faire croire qu’il n’y a rien à changer en matière de bien-être animal, que l’on peut tranquillement continuer à gaver les oies, empiler les lapins dans des clapiers et les poules en batterie, chasser à courre le chevreuil, ou…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.