Musées – On ne prête qu’aux riches

Ingrid Merckx  • 24 décembre 2008 abonné·es

La culture gratuite, c’est comme la télé sans pub, tout le monde en rêve, mais personne n’y croit. Car la culture a un prix, que quelqu’un doit bien assumer. Si ce n’est le citoyen, c’est donc l’État. Or, l’heure n’est pas à l’engagement de celui-ci dans l’action culturelle. De plus – coup de pot pour le ministère – la gratuité fait débat. Garantir

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 2 minutes