Surpris par l’amour

Dans « les Inséparables », Christine Dory met en scène une relation difficile entre une sage employée et un artiste marginal. Un premier film prometteur.

La mort de Guillaume Depardieu a touché bien au-delà de ce qu’on aurait pu imaginer. Sans doute cristallisait-il une certaine représentation de la fragilité à vif, et malgré tout résistante. C’est la mort d’un jeune homme à la sensibilité à fleur de peau qui a ému, dont tout le monde savait le handicap – la jambe coupée – mais dont la profondeur des blessures intérieures restait insondable. Guillaume Depardieu tient dans les Inséparables , premier long-métrage de Christine Dory, le rôle masculin principal.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.