« Un climat de suspicion »

Président
de la Ligue des droits de l’Homme, Jean-Pierre Dubois analyse le recul des libertés comme une incitation
des citoyens
à l’obéissance, et prône un développement des contre-pouvoirs.

Intrusion de forces de police dans des écoles, explosion du recours à l’enfermement, développement de la vidéosurveillance… Assiste-t-on à la mise en place d’une société ultra-sécuritaire sans réagir ? Jean-Pierre Dubois : Les gens ne sont pas totalement passifs, mais ils sont ­nombreux à n’avoir pas mesuré l’ampleur de ce qui se passe. Tout le monde a compris que le pays avait pris un virage sécuritaire en 2001 sans toutefois réaliser qu’il s’agissait d’un projet de société fondé sur le contrôle social.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.