Un procès inachevé

Derrière la condamnation de l’un des principaux responsables du génocide de 1994, subsistent bien des zones d’ombre.

Toutes les grandes capitales, Washington et Paris notamment, se sont rapidement félicitées, jeudi, de la condamnation à la prison à vie de Théoneste Bagosora, considéré comme l’un des acteurs clés du génocide rwandais, en 1994. L’ex-colonel a été condamné par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pour « génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre ». Même le gouvernement de Kigali a estimé dans un communiqué que « justice avait été faite » . Pour autant, ce procès laisse un goût…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents