Aux origines néolibérales de l’Europe

Dans leur essai
« La Nouvelle Raison du monde », qui paraît
ces jours-ci à La Découverte,
Pierre Dardot et Christian Laval retracent l’histoire du néolibéralisme.
Politis en publie
les bonnes feuilles.

Pierre Dardot  et  Christian Laval  • 29 janvier 2009 abonné·es

En mai 1955, dans un texte intitulé « Considérations sur le problème de la coopération ou de l’intégration », Ludwig Erhard (le futur chancelier) écrit que l’Europe devrait viser l’ « intégration fonctionnelle » , c’est-à-dire la libéralisation généralisée des mouvements de biens, de services et de capitaux, et la convertibilité des monnaies, et non la « création d’institutions toujours nouvelles » . En réalité, le gouvernement allemand était divisé entre les fédéralistes et les ordolibéraux [voir encadré p. 28, NDLR]. Les premiers visaient une unification politique qui passait par une intégration économique progressive, les seconds optaient pour une économie de marché européenne et une intégration dans le grand marché mondial. Le marché commun de 1957 est en fait le résultat d’un double compromis, entre la France et l’Allemagne, et entre tendances à l’intérieur du gouvernement allemand. La France obtint la mise en place de politiques communes, dont la politique agricole, à laquelle elle reste jusqu’à aujourd’hui attachée, y voyant l’un des principaux acquis communautaires. Elle obtint également certains alignements sociaux, en particulier sur les congés des salariés, un tarif extérieur commun assez élevé contre l’avis allemand, ainsi qu’une sorte de préférence à l’importation en provenance des pays coloniaux ou ex-coloniaux. La logique de la position française, on le sait, a consisté, outre les avantages qu’elle voulait voir conservés pour ses agriculteurs, à doter l’ensemble européen d’une puissance suffisante pour garantir son indépendance vis-à-vis des « blocs ». Mais le traité de Rome est également issu d’un compromis

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro
La révolte sans révolution des émeutes banlieusardes
Livre 21 février 2024 abonné·es

La révolte sans révolution des émeutes banlieusardes

Le politiste Alessio Motta revient sur quarante ans d’émeutes urbaines en analysant le processus qui les voit s’étendre sur une grande part du territoire, la plupart après des violences policières.  
Par Olivier Doubre
Gaza, cette moins que rien
Intersections 21 février 2024

Gaza, cette moins que rien

Les soldats israéliens n’hésitent pas à mettre en scène leurs exactions contre les Palestiniens dans des photographies, devenant des éléments fondamentaux du processus de torture lui-même.
Par Kaoutar Harchi
« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »
Entretien 14 février 2024 abonné·es

« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »

Depuis quarante ans, George Monbiot, éditorialiste britannique du Guardian, alerte sur les ravages écologiques. Dans son livre Nourrir le monde sans dévorer la planète, il s’attaque aux dérives du système alimentaire et se demande comment faire émerger un « monde d’après » agricole.
Par Tristan Dereuddre