Che

Ce fut l’une des plus grandes promesses du dernier Festival de Cannes : Che , de Steven Soderbergh, avec Benicio Del Toro. Plus de 4 heures de film, qui sortent en salles en deux parties, l’Argentin ce mercredi, Guerilla le 28 janvier. La première partie, sobre, juste, efficace, raconte la prise de pouvoir à Cuba. La seconde, qui montre la déroute du Che en Bolivie, semble avoir perdu tout point de vue : ne reste qu’une icône à la dérive.
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.