Comme des rats

L’indignité des prisons françaises est régulièrement pointée du doigt, sans que rien ne change vraiment. Et derrière les murs aveugles de certaines, il y a des êtres humains à qui l’administration pénitentiaire fait subir des traitements particulièrement inhumains. Jadis, on aurait parlé de prisonniers politiques, aujourd’hui on résume en un mot, « terroriste », qui légitime tout. Avec l’aide de ceux du dehors, parfois, leur voix parvient à franchir les enceintes pour dire quelles dégradations et quelles…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents