De la musique en couleur

Le festival Sons d’hiver s’ouvre en beauté avec
la flûtiste Nicole Mitchell et son trio Indigo.

La flûte a eu du mal à gagner sa place dans le jazz. Jugée frêle et manquant de mordant, elle fut souvent restreinte à des rôles de coloration. Après Dave Newman avec Ray Charles et Frank Wess chez Count Basie, Roland Kirk et Eric Dolphy démontreront qu’elle peut aussi sinuer, ronfler, s’érailler, swinguer ; bref, qu’elle possède une palette sonore très large, capable de servir les formes les plus modernes. James Newton, qui se consacra exclusivement à cet instrument, importa des techniques de la musique…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.