Des trois coins du monde

Du 29 janvier au 1er février, le festival d’Angoulême réunit l’Internationale du dessin, notamment les artistes sud-africains de Bitterkomix.

La bande dessinée vadrouille. Loin des grosses maisons, des grandes « écoles », elle prend de belles tangentes. Internationales et surprenantes, qui plus est. Persepolis a ainsi été le plus gros carton de l’éditeur coréen Sai Comics. Le Flamand Nix a vu ses planches transiter par Albi, chez les Requins marteaux, tandis que le fanzine afrikaner Bitterkomix invitait dans ses pages JC Menu, figure phare de l’Association. Afrique du Sud, Corée méridionale, Belgique néerlandophone : liés à l’Hexagone, ces…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents