L’affaire des trains fantômes

SNCF. Un syndicaliste de SUD-Rail donne sa version des faits qui ont entraîné la fermeture de la gare Saint-Lazare.

Thierry Brun  • 29 janvier 2009 abonné·es

Selon la version de Nicolas Sarkozy, lors de la grève qui a paralysé la gare Saint-Lazare le 13 janvier, les usagers se sont « retrouvés devant des grilles fermées tout simplement parce qu’une organisation irresponsable essaie de tourner la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 2 minutes